Tuesday, October 03, 2006

Grand Prix de Littérature Policière 2006

Le Grand Prix de Littérature Policière 2006 vient d'être attribué sans magouille ni trompette à "La colère des enfants déchus" de Catherine Fradier pour la France et
au "Bibliothécaire" de Larry Beinhart pour la catégorie étranger.
Pourquoi eux? Documentés, passionnants, ryhmés, dialogués, trempés dans l'adrénaline. La première a écrit avec ses tripes et à coups de SABR (fusil d'assaut canardant du 5,56 mm et des grenades de 20mm). Le second s'est servi de de son expérience et de stun-gloves (gants qui balancent des décharges électriques). Les révélations des deux bouquins ne sont pas révolutionnaires (la pédo-criminalité et les dysfonctionnements de la démocratie américaine nous sont désormais familiers), mais c'est raconté avec une telle précision qu'on les lit bouche bée. Fradier et Beinhart disent la vérité, celle des romanciers qui savent de quoi ils parlent. Leur entreprise est loin d'être vaine car ils nous rendent lucides face à la pédo-criminalité et au pouvoir politico-économico-médiatique. Les héros n'y sont pas des flics, mais des journalistes, des bibliothécaires, des ados fondus de Star Wars, des femmes fatales ou des femmes natures, un directeur de campagne zen et même George Bush (personnage quasi récurrent dans les thrillers aujourd'hui). Cerise sur la gâteau, vous apprendrez dans "Le Bibliothécaire" ce que sont les faits fumeux et la viction.

4 Comments:

Blogger Raven said...

Un 1er prix amplement mérité pour Catherine Fradier, un livre très dur sur un sujet d'une extrême sensibilité. Une lecture qui met parfois mal à l’aise, que certains passages dérange mais un livre qu’on n’oublie pas.

12:33 AM  
Blogger jean-luc said...

Et si tu nous parlais plutôt du prix 2004 décerné à un certain philip le roy pour un roman qui sent l'intrigue da vincicodesque?
"le dernier testament" , ton ouvrage ne sera évidemment pas présenté sur ton blog sous peine de critiques acerbes pour cause de narcissisme aigu, et pourtant, c'est un polar monumental!!
je suis pris dans cette histoire qui paraitrait abracadabratesque sous la plume d'un écrivain pressé d'en découdre. Au lieu de cela, ton roman prend son temps (sans jamais manquer de rythme), il ne néglige pas ses personnages au profit de l'intrigue, il est simplement palpitant. Merci pour ces créatures de rêves (Kate Nootak, Clara Bowman) qui apportent un soupçon d'érotisme a une histoire qui sent le soufre.
Je suis piégé dans ce polar quelque part vers la 400ème page, glacé par le froid polaire avec une kalachnikov comme seul arme pour lutter contre -45°. J'ai apperçu clara , je l'ai enlassé et me suis effondré dans la neige, je vais me relever, je dois finir ce polar, m'exposer encore au souffle fétide de la mort et résoudre l'énigme de la mort,...cette mort face à laquelle je dresse chaque jour un mur de méditation.
Désolé pour Catherine Fradier dont je n'ai pas lu le livre, mais je suis tombé par hasard sur ton blog, alors je saisis l'occasion pour te remercier pour ton polar.

10:28 AM  
Blogger pampa said...

yes jean luc
on attend la suite...
mais ses deux autres livres sont très bien aussi, couverture dangereuse et pour adulte seulement
A+

5:03 AM  
Anonymous Anonymous said...

ce que je cherchais, merci

11:16 AM  

Post a Comment

Links to this post:

Create a Link

<< Home