Monday, October 08, 2012

VLA DE LA LECTURE!


Depuis plusieurs années, je ne participe qu’à très peu de salons du livre, pour les raisons déjà évoquées sur ce blog. Je sélectionne donc drastiquement les manifestations littéraires et ne répond favorablement qu’à celles qui défendent vraiment la lecture et les auteurs. Celle de VLA (Villeneuve Lez Avignon), était pour moi une première. Et donc un risque de me perdre dans une nouvelle foire aux écrivains de salons, fréquentée par des lecteurs aussi rares que les cheveux sur le crane d’Harlan Coben. Ce fut tout le contraire.

Car le 8ème Festival du Polar de VLA fut un vrai bonheur.

Soutenu par une mairie qui a pour ambition de faire lire les gens avant que les livres ne disparaissent définitivement du marché, ce festival, coordonné par une Corinne Tonelli aux petits soins et dépoussiéré par un Guillaume Lebeau sur les rotules, déroula le tapis rouge à sa cinquantaine d’invités dans le cadre envoûtant de la Chartreuse.

Les scolaires s’y bousculèrent pour entendre parler de littérature policière. Je me suis même retrouvé face à une classe de seconde qui avait lu « Couverture Dangereuse ». Merci à cette fabuleuse prof de français qui osa faire entrer le thriller au programme de l’éducation nationale !

Les jours suivants, je dédicaçai les livres commandés par Herveline et Dominique, deux libraires aussi charmantes que fantastiques qui font rayonner toutes l’année un Soleil Vert au cœur du village de Calvisson.

Samedi après-midi, je participai à un débat à la médiathèque sur le thème du polar menacé par le thriller. Un débat animé par Guillaume Lebeau qui délivra les véritables origines du thriller.

Ce Festival fut surtout l’occasion de retrouver des collègues de travail qui me sont chers : Marin Ledun (qui décrocha au passage un prix des lecteurs pour son roman « Les visages écrasés » ), Sir Cédric, Catherine Fradier, Guillaume Lebeau, Thierry Brun.

Je fis la connaissance de Fabien Clavel, auteur d’un « Décollage Immédiat » dans la collection Rageot Thriller (dont la directrice fit personnellement le déplacement pour soutenir ses auteurs), et qui  malgré une bonne crève conserva sa jovialité et fit preuve d’un sens de l’humour dévastateur.


 Photo: La Dreamteam de Rageot Thriller devant la cité des papes
                                   
Après avoir assisté à un succulent cours de polar cuisiné dans les assiettes par Anne Martinetti,  j’eus le privilège de diner en compagnie d’une légende de la criminalité, de « The » expert en serial killers, Stéphane Bourgoin himself, un nom derrière lequel se cache un professionnel d’une gentillesse rare contrastant radicalement avec les psychopathes qu’il interrogea tout au long de sa carrière.

Je me ruai également sur Marie Neuser pour lui faire part de tout le bien que je pensais de son roman « Je tue les enfants français dans les jardins » qui faillit remporter cette année le Grand Prix de Littérature policière.

Voilà, VLA c’était que du bon, si l’on excepte les inévitables emmerdeurs, les auteurs qui se prennent pour des divas alors que les ventes de leurs bouquins peinent à dépasser les 1000 exemplaires. Mais leur médiocrité ne fit que peu d’ombre à ces trois jours ensoleillés passés dans la magnifique Chartreuse de VLA. Et puis comparé aux 350 invités du Festival du livre de Mouans Sartoux qui se déroulait en même temps, à ses invités people en représentation, ses écrivains parqués comme des bêtes et noyés  sous une foule tout droit sortie du salon de l’agriculture, ce 8ème Festival du Polar constitua paradoxalement un havre de paix exclusivement dédié à la lecture.

Merci aux organisateurs pour ce bel accueil.

Et vive le 9ème Festival du Polar de VLA !

0 Comments:

Post a Comment

Links to this post:

Create a Link

<< Home