Friday, March 14, 2008

BOYCOTT DU SALON DU LIVRE DE PARIS

Ma première réaction au boycott fut de me dire : qu’est-ce qu’on en a à foutre que les représentants haineux et incultes du monde arabe tournent le dos au salon du livre de Paris qui a fait d’Israël son invité d’honneur? C’est comme si Ben Laden décidait de boycotter le festival de Cannes dont le président serait Spielberg. Pas de quoi faire un gros titre ni une chronique sur un blog. Mais finalement, je réalise que ce boycott est une bonne chose, car il nous permet de rappeler quelques vérités. Pas politiques, bien sûr. Car tout le monde sait déjà que les pays boycotteurs sont des dictatures et qu’ils n’ont aucune raison de fréquenter Israël qui reste la seule démocratie de cette région du globe. Non, il est question de littérature ici, pas de politique, même si elle s’invite parfois dans les romans, y compris les miens. Le véritable intérêt de cette affaire, c’est qu’elle témoigne tristement que le monde arabe n’a malheureusement pas grand-chose à faire dans un salon du livre. Il nous donne l’occasion de clamer qu’Israël publie 6000 livres par an quand le monde arabe en publie seulement 300 pour 60 fois plus d’habitants. Il nous donne l’opportunité de brandir « Le perdant radical » publié chez Gallimard dans lequel Hans Magnus Enzensberger écrit que les livres imprimés dans le monde arabe représentent 0,8 % de la production mondiale et que le nombre de livres qui y sont traduits à partir d’autres langues depuis 1200 ans correspond au nombre de traductions d’une seule année en Espagne aujourd’hui. Je profite d’ailleurs au passage pour vous informer que « Le Dernier testament » est édité en Espagne chez Plaza Janés sous le titre « El ultimo testamento » et que ce n’est pas demain qu’il sera traduit en arabe. Enfin, il est important dans ces circonstances de hurler, plus fort que les manifestants, bordel de merde, qu’une femme arabe sur deux ne sait ni lire ni écrire! Rien que pour ça, cela valait le coup de braquer les projecteurs sur ce boycott.

6 Comments:

Blogger pampa said...

ecris sous le coup de la colère...ce post

pourquoi il y a t il aussi peu d'écrivain dans le monde arabe par rapport à israel ?
le niveau d'écucation nationale est il le même ?
géopolitiquement est il correct de laisser des démocraties s'installer dans ces pays ?

pas si simple, il me semble

A+ et bon salon

6:10 AM  
Blogger Philip Le Roy said...

Il n'y a aucune colère dans ma chronique, sauf dans la phrase qui mentionne l'analphabétisation des femmes à qui l'on refuse l'accès à l'éducation sous prétexte que ce sont des femmes...
Tiens, en ce moment-même, pendant qu'on tchatche tranquilles,les militaires chinois sont en train de tirer sur les moines tibétains à Lhassa. Ce qui n'empêchera pas beaucoup de pays d'aller faire les zouaves aux JO de Pékin.
Tout étant relatif, je n'ai donc aucune raison de me mettre en colère pour une foire aux livres.
Hasta la vista, Pampa

9:21 AM  
Blogger pampa said...

picoully du café litteraire, a donné une réponse qui me semble juste, quand la palestine sera invité d'honneur on verra.

voili, voila,

oui pour le tibet c'était couru d'avance, malheureusement.

c'est moi qui suis en colere en ce moment, je dois projeter ma colére chez les autres.....

je vais travailler l'harmonie à coup de canons sciés

hi hi hi hi

A peluche

12:20 AM  
Blogger Philip Le Roy said...

Je crois que Picoully, comme les autres, n'a rien compris au film. Le salon du livre de Paris n'est pas une tribune de l'ONU. On y invite des écrivains, pas leur gouvernement. Donc on devrait ne rien en avoir à battre que ce soit la Palestine ou Israël l'invité d'honneur. Pendant ces deux jours au salon du livre (qui s'est quand même terminé pour moi par une alerte à la bombe) je n'ai vu que des auteurs rencontrer des lecteurs et non des politicards serrer des mains à des électeurs. Bon, Pampa, si t'es vénère je te conseille un petit séjour à l'île Maurice. Tu y croiseras plein de gens qui se fichent de ta nationalité, de ta religion ou de ta race.Tu y gouteras la tolérance dans un cadre idoine. Cela repose et redonne foi en la nature humaine. Si tu n'as pas les thunes, vends ta télé ou ton VTT. Ou alors, je te conseille de te défouler comme moi dans l'écriture ou de simplement voir "Ashes and snow". Je parlerai d'ailleurs de ce film OVNI dans une prochaine rubrique.
A tchao and keep cool man...

P.S. le canon scié ce n'est pas bon pour la santé, regarde comment termine Michaël Douglas dans "chute libre"...

2:02 AM  
Blogger pampa said...

yep man

chute libre, un de mes films culte,
chacun peut à un moment donné basculer.....
on est souvent sur le fil du rasoir, ce qui explique et nous fais comprendre beaucoup de faits divers.

l'ile maurice, pourquoi pas ?
mais je prefererai remettre les pieds au mali.

quand à l'écriture, pour moi elle va de paire avec la musique, ou de petit haiku.
c'est pour cela que j'ai remonté le gang ( à la blues brother, on repete et on enregistre et cette fois on cause français pour partager.

quand au canon scié cela reste la meilleure arme pour balancer la purée (au gros sel)

vous passez à lyon ou point ?

5:55 AM  
Blogger Philip Le Roy said...

Pour Lyon, cette année, c'est point. Mais le rdv est pris pour 2009. Je serai en revanche à Valence les 17 et 18 mai.
A12C4

9:57 AM  

Post a Comment

Links to this post:

Create a Link

<< Home