Tuesday, December 04, 2007

Où est ma gauche?

Cela fait plus d’une semaine que j’ai arrêté d’écrire sur ce blog par solidarité avec les scénaristes américains (la bonne excuse). Pour rattraper le coup je vais faire long, à la Castro.

Le titre pugilistique de cet article pourrait faire penser que je vais parler boxe ou art martial. Mais non, je vais juste parler politique, même si mon intérêt pour la politique s’est largement émoussé au fur et à mesure qu’elle perdait de son influence au profit du pouvoir économique. Mais comme on n’arrête pas de se poser la question en France sur ce qu’est devenu la gauche, et qu’il est aussi indispensable d’avoir une bonne gauche qu’une bonne droite, que ce soit sur un ring ou dans l’hémicycle, j’ai tenté de trouver une réponse. En m’appuyant sur la sortie du « livre de ma mémoire » que vient de commettre Danielle Mitterrand.

Car en effet, Mamie Danielle a sorti ses mémoires et s’est précipitée chez Ruquier pour vendre sa soupe. Les deux interviewers de l’émission (« on n’est pas couché ») lui ont léché le cul (chacun ses goûts) à faire passer un Drucker pour un Pollack énervé. Tension sur le plateau. Gare à celui qui se serait hasardé à critiquer le gros livre rouge de la veuve Mitterrand. Eric Nolleau l’a même félicitée pour être restée fidèle à ses convictions, comme on aurait pu féliciter Hitler dans son bunker pour être resté lui aussi fidèle à ses convictions. Bravo donc Mamie d’être restée con, puisqu’il n’y a que les cons qui ne changent pas d’avis. Bravo également pour les convictions puisque comme le disait Nietzsche, le pire ennemi de la vérité ce n’est pas le mensonge, c’est la conviction. Donc déjà, « Le livre de ma mémoire », c’est con et c’est faux. Vive l’histoire selon Alzheimer (ou l’art de transformer le collabo Mitterrand en formidable résistant), vive la sclérose politicienne (il faut rester ancré sur ses positions, ne pas s’adapter), vive la gauche du troisième age, celle du Che et de Fidel. Ceux qui ne restent pas alignés sur la doctrine, comme les Strauss Khan ou les Kouchner ne sont que des traitres. De vilains apostats qui préfèrent se salir les mains que professer des leçons de morale. Que dit en gros la vieille dans son Mein Kampf? Comme chez Adolf ou chez Ben Laden, son cheval de bataille, c’est l’anti-américanisme, l’anti-libéralisme, l’anti-sémitisme. Tous les malheurs du monde sont causés par ces méchants impérialistes et ces vilains sionistes. Ce sont eux les ennemis. Pas la Chine dont la douce dictature communiste rend tout un peuple heureux, montre la voie aux Tibétains, épaule les dictatures éclairées. Pas la tendre Russie, terre d’accueil pour les journalistes et les artistes, terre de cocagne pour les dissidents, grande puissance militaire qui met tous les moyens en œuvre pour venir en aide aux Tchétchènes. Pas le Hamas qui se décarcasse pour la paix au Moyen-Orient en combattant l’unique et fielleuse démocratie de cette région du monde, et en enseignant la tolérance aux enfants palestiniens. Pas l’Iran, Allah merci, qui apprend à aimer la bombe. Pas tous ces pays qui bafouent les droits humains, les droits de la femme, les droits d’opinion, au nom d’une idéologie ou d’une religion. Du moment qu’ils ne sont pas américains, ils sont nos amis. Personne ne va émigrer dans tous ces pays, mais il y fait sûrement bon vivre, en tout cas mieux vivre que dans l’horrible Amérique.
Pour Mamie Danielle, la démocratie est une menace, la gauche n’est pas assez extrémiste, et c’est bien fait pour la gueule à Lionel et à Ségolène s’ils ont perdu les élections. Manichéenne à donf, la veuve distingue deux types de société : celle de l’extrême gauche qui privilégierait l’homme et celle de ces enculés de la droite libérale qui privilégierait l’argent. Comme si l’on pouvait séparer l’homme de l’argent. « Tu veux gagner combien, camarade ? Je m’en fous du fric, ce qui compte c’est ma carte du parti et mes tickets de rationnement ».
Con, faux, partisan, intolérant, doctrinaire, sont donc les points forts du gros livre rouge de Mamie Danielle, tiré à plus de 80 000 exemplaires et placé en tête de gondoles dans les grandes surfaces alimentaires. Un comble pour une anti-libérale ! Moi, je l’aimais bien quand elle végétait dans l’ombre, Mamie. Ce serait cool qu’elle y retourne. Cool pour la gauche, pour la liberté, pour la démocratie. Cela éviterait que le livre de sa mémoire ne se dote d’un autre atout : celui d’être néfaste.

Oublions donc vite ce fossile qui aspire à représenter la gauche française. Je vous ai quand même parlé de son bouquin, d’une part pour que vous évitiez de marcher dedans, d’autre part pour m’en servir comme repère dans ma quête de la gauche française. Car celle-ci s’est volatilisée, éparpillée façon puzzle comme aurait dit Audiard, aux quatre coins de l’Hexagone et même plus loin encore jusqu’à Washington. C’est la débâcle chez les donneurs de leçons. Il ne reste plus que la droite et ses donneurs de solutions. Les solutions affluent donc en pagaille, même là où il n’y a pas de problème. La France a toujours eu 50 ans de retard sur les démocraties, les vraies, les anglo-saxonnes, celles qui n’ont jamais connu la dictature et aident même certains pays à s’en débarrasser. Un jour viendra peut-être où la France se décidera à adopter le bi-polarisme qui balise la vie politique d’une authentique démocratie et la protège des extrémismes. Les Américains ont les Républicains et les Démocrates, les Anglais ont les Conservateurs et les Travaillistes. En France, avec l’UMP on a déjà l’équivalence Républicains/Conservateurs. Il reste à inventer nos « Démocrates/Travaillistes ». Ce n’est certainement pas sur un facteur marxiste, un benêt socialiste, une gourde vide ou un centriste toquard qu’il va falloir miser. Encore moins se gargariser des doctrines rances et frelatées développées par des nostalgiques de la bonne vieille époque stalinienne. Et surtout pas se tromper d’ennemi. Quand on aura compris ça à gauche, ça ira mieux pour eux et pour la démocratie en France.

Un dernier petit mot sur deux vendeurs de pétrole qui se font passer pour des hommes politiques. Je commence par la mauvaise nouvelle. Poutine utilise en apparence l’un des ressorts de la démocratie (l’élection) pour consolider son pouvoir autoritaire. Il fait taire l’opposition en envoyant par exemple Kasparov en prison et utilise les médias pour faire sa propagande (Ah cette belle prise de judo de « maître Poutine » qui a fait le tour du monde!). Avec succès, puisqu’il a remporté les législatives haut la main. Chavez a essayé de faire la même chose au Venezuela, mais lui, il s’est planté. L’ex putchiste anti bush a voulu réformer la constitution pour rester au pouvoir jusqu’en 2050, mais le pays a manifesté son désaccord. Raté. Ça, c’était la bonne nouvelle.

6 Comments:

Blogger pampa said...

fgdf

1:41 AM  
Blogger pampa said...

hé hé hé

j'arrive à poster, louer soit le dieu des calamités ( cf l'intrus de michael marshall)
bon point de vue en général, je suis assez d'accord, a peu prés surtout, surtout la premiere partie.
bon sinon, il parait que vous revenez à lyon, au quai du polar.
j'en profiterai pour vous filer le livre de thomas day sur mushashi,
sinon je file retrouver les 47 ronins en livre et en film.
a poiuche

1:44 AM  
Blogger Philip Le Roy said...

Thanks Pampa. Moi je viendrai aux quais du polar avec "Couverture dangereuse". Ce week end je fais mon dernier salon de l'année à Roquebrune Cap Martin. Après je me replonge vite fait dans l'écriture.
sayonara

12:06 AM  
Blogger Marin said...

Ave Philip,
Un petit tour sur ton blog et je manque de m'étrangler en lisant ton dernier post ;-)
De belles discussions en perspective au prochain salon du polar (Lyon?) ;-)
B'slama
PS : Couverture dangereuse, c'est une réédition ou un nouveau ?

5:22 AM  
Blogger Philip Le Roy said...

Shalom vieille branche (de pin des Landes).
Cela fait plaisir de te lire, même si c'est court. Tu sais que j'attends ton prochain avec impatience! J'espère qu'on se verra avant les Quais du Polar,au moins au salon de Paris. Désolé pour l'étranglement, mais c'est plus fort que moi, je ne peux pas m'empêcher d'écrire des conneries et en plus d'y croire.
En ce qui concerne Couverture Dangereuse, c'est bien une réédition. Deux nouveaux bouquins sont déjà écrits et prêts à être publiés derrière. En ce moment, je développe trois projets de roman. De quoi s'étrangler mille fois!
Bise à toi Marin et aux tiens.

1:32 PM  
Blogger Olivier said...

"...Je vous ai quand même parlé de son bouquin, d’une part pour que vous évitiez de marcher dedans..."

éhéh très bon ca !! :)

8:06 AM  

Post a Comment

Links to this post:

Create a Link

<< Home