Thursday, January 01, 2009

PETALES DE ROSE

Alors que nous venons de poser un pied sur la marche 2009, que l'on est en train de dresser les bilans foireux, de formuler les bonnes résolutions et d'établir la liste des crétins préférés des Français (généralement des sportifs ou des bouffons médiatiques), alors qu'Obama s'apprête à prendre connaissance des codes de l'arme nucléaire, que Sarko est parti expliquer aux Israéliens que la guerre c'est pas cool et que Ségolène a déjà une main sur la marche de 2012 (imaginez la position), alors que la France découvre qu'il neige en hiver, que l'année durera une seconde de plus et les soirées télé vingt minutes de moins, alors que Will Smith négocie par amour de l'art une adaptation américaine de BIENVENUE CHEZ CH'TIS et que Steven Spielberg viens d'acheter les droits de PLUS BELLE LA LIFE pour une adaptation au cinéma (non je plaisante là, enfin, je crois), alors que je suis en train de me perdre dans une phrase aussi longue que chez Proust, je me tourne un instant sur les quelques pétales de rose qui ont été jetés sur la marche 2008.



D’abord THE DARK KNIGHT, diamant noir aux multiples facettes qui aura brillé dans les salles. Opus 2 crépusculaire de la trilogie batmanienne de Christopher Nolan, le film domine la production cinématographique de 2008,



devant mes deux autres favoris, le terrifiant REC et L’ECHANGE eastwoodien totalement émouvant.
En musique, REBELLE ET FIER de Speed Rock Machine a ressuscité le rock en France.


Grâce à eux, notre pays n’a pas eu à rougir fin 2008, face à l’assaut planétaire des immortels anglo-saxons ACDC, Metallica, Motorhead et Guns&Roses qui ont tous sorti en même temps l’artillerie lourde.
Côté littérature, je citerai le seul roman qui m’ait vraiment transporté (de) très loin, THE POWER OF THE DOG (LA GRIFFE DU CHIEN en France) de Don Winslow,



dont la vision en cinémaScope, le sens des dialogues, l’immense travail de documentation et de mise en récit, ont abouti à un roman puissant de plus de 700 pages emmenant le lecteur dans des contrées rarement explorées de la planète et de l’âme humaine.
En BD, je citerai les 19 albums de la série XIII qu’il a fallu relire en 2008 après la sortie du dernier opus à la fin de l’année 2007.



Une saga sur 24 ans dessinée par William Vance sur un scénario complexe et à multiples rebondissements de Jean Van Hamme largement inspiré de la trilogie Jason Bourne. Avec un personnage magnifique, celui du Major Jones aux traits Witney Houstonniens et pour lequel j'ai craqué. Merci en tout cas à Didier qui m'a prêté sa collection complète.
La personnalité de l'année fut pour moi et pour la deuxième année consécutive Angelina Jolie.



La star a accouché de deux jumeaux magnifiques, a joué dans deux films majeurs deux rôles diamétralement opposés (une tueuse graphiquement parfaite sortie d’un comics et une mère-courage hyper touchante tirée de la réalité), tout en gardant grands ouverts deux yeux immenses et plein de compassion sur la misère des enfants à travers le monde.

1 Comments:

Blogger pampa said...

je me sens moins seul,
sur l'affaire don winslow

a noter que aujourd'hui sort
l'hiver de frankie machine

a peluche

2:05 AM  

Post a Comment

Links to this post:

Create a Link

<< Home