Tuesday, August 24, 2010

MANDY LANE

« Pour faire un adulte, il faut tuer un enfant ». Telle était l’épigraphe de mon premier roman "Pour adultes seulement" narrant la cavale sauvage à travers l’Ouest américain d’une baby-sitter française sortant de l’adolescence pour entrer de plein fouet dans un monde d’adultes hyper-violent. Elle pourrait être celle de "All the boys love Mandy Lane". Car le premier film de Jonathan Levine, tourné en 2006, traite lui aussi de la sortie de l’adolescence comme une sortie de route. De façon radicale.


Un « teen-movie » sur le mode slasher.
Une perle noire.
Avec l’éclat d’une actrice lumineuse.
Belle à en crever...

Si vous voulez lire la suite de ma critique, cliquer sur Mon Mag rubrique LA DERNIERE TOILE ou bien cliquez directement sur
  • MANDYLANE
  • 0 Comments:

    Post a Comment

    Links to this post:

    Create a Link

    << Home