Monday, September 27, 2010

J'AI EU DU MAL A LE RENTRER DANS LE CONGELO

Les éditions Michel Lafon viennent de publier les épanchements de Jean-Louis Courjault, le crétin qui a laissé son épouse congeler trois nouveau-nés. Pour que ça cartonne bien, ils ont titré le bouquin comme du Marc Lévy: « Je ne pouvais pas l’abandonner ». A grand renfort de tapage médiatique, la mise en place va encombrer les linéaires et des dizaines de milliers de pervers vont se jeter dessus. Cependant, on pourrait se faire encore plus de thunes : il suffirait d’égorger Courjault, de le congeler et de publier chez Michel Lafon le témoignage de l’auteur du délit. On appellerait ça « J’ai eu du mal à le rentrer dans le congélo ». Un best-seller, je vous dis.

0 Comments:

Post a Comment

Links to this post:

Create a Link

<< Home