Tuesday, October 16, 2007

PRIX NOBEL DE LA PAIX A AUNG SAN SUU KYI




D’abord, désolé pour cette longue interruption. Non, je ne suis pas reparti en Thaïlande. Seulement victime de la mafia. La techno mafia. Celle des fournisseurs d’accès à Internet, des dealers d’ADSL. Du jour au lendemain, ils m’ont coupé la ligne sans préavis, sans prévenir. J’ai appelé le service technique sur une ligne à péage. Car il faut payer pour demander ce qui se passe. A l’autre bout du fil, quelqu’un, quelque part dans un pays inconnu où les salaires sont moins élevés, me répond au bout de vingt minutes d’attente. Personnel anonyme et invisible. L’homme de main me sert un discours poli stéréotypé qu’il est en train de lire. Il me parle « d’écrasement ». Un autre opérateur aurait piraté ma ligne. Du coup, mon dealer d’ADSL m’a coupé l’approvisionnement sans toutefois interrompre le prélèvement automatique mensuel. Le type au téléphone m’intime d’aller sur Internet pour retirer un formulaire, alors que je n’ai plus Internet. A moi de me démerder. Mon dealer, comme tous les autres, n’a pas pignon sur rue, seulement une boite postale, aucun personnel en contact avec les clients. Tout est planqué. Je vais donc chez une amie pour imprimer le formulaire de demande de remise en service disponible uniquement sur le web, et je l’envoie à l’attention d’un code postal. J’attends une semaine sans que rien ne se passe. Je rappelle, repaye, re-interlocuteur interlope, re-discours stéréotypé. On va remettre ma ligne en service dans une semaine ou deux. Je n’ai pas le choix. Résilier mon abonnement et m’adresser à un autre dealer d’accès ? C’est quitter Corleone pour Provenzano. Avec mesures de rétorsions à la clef. Car il faut casquer pour résilier. On ne quitte pas son dealer comme ça. Et puis un jour, une fée nommée Mélissa, à la solde de mon dealer, a appelé à la maison. Elle est entrée carrément dans mon ordinateur, a trouvé la faille et a tout réparé en deux heures.
Internet est la plus grande invention de tous les temps. Dommage qu’elle soit aux mains de la mafia.

Maintenant, cela va prendre un peu de temps pour répondre à tous mes e-mails, mettre à jour mon site internet et alimenter le blog. Commençons donc par l’actualité.

En ce moment c’est la remise des bons points du Nobel. Celui de la littérature a été décerné à Miss Lessing. Un Nobel une rebelle, une guerrière, une écrivaine non consensuelle à la plume bien trempée, dotée d’un sens de l’humour caustique à souhait. Bien vu les gars de l’Académie ! En revanche, pourquoi remettre le Nobel de la paix à Al Gore, un has been de la politique qui surfe sur la vague écolo ? D’accord, il a découvert que la planète se réchauffait, mais c’est le Nobel de l’écologie qu’il aurait fallu à la limite lui remettre et garder celui de la paix pour le filer cash à Aung San Suu Kyi. L’héroïne birmane (une vraie Aïka, elle au moins) aurait bien profité de ce petit coup de pouce pour regagner l’attention des médias qui ont vite tourné la page de la répression en Birmanie pour se consacrer au rugby. Certes, la belle rebelle assignée à résidence a déjà reçu le prix une fois en 1991. Mais le lui décerner une deuxième fois (ça s’est déjà vu) aurait montré aux enfoirés de l’ONU qu’un communiqué du genre « Excusez-nous de vous demander pardon pour la remarque, mais c’est pas cool de taper sur les bonzes » n’est pas acceptable. Le prix Nobel de la paix aurait alors eu son utilité et adressé un signe unanime de compassion à l’égard d’une opposition aussi pacifique que démocrate qui s’est faite écraser comme une blatte sous les bottes de la junte militaire birmane et des forces sino-soviétiques qui la soutiennent.

En ce qui concerne ma petite actu perso, « Léviatown » cartonne à fond depuis sa sortie. Cela fait chaud au cœur vu que la collection Van Helsing est un véritable OVNI, ou plutôt « LA CHOSE », dans le paysage littéraire français. Si vous voulez en savoir plus ruez-vous vers www.clubvanhelsing.com, achetez Mad Movies, ou bien allez voir Sophie au rayon policiers de la FNAC de Caen.

Je reviens à peine des 24 heures du livre au Mans où j’ai pu rencontrer une flopée de lecteurs sympathiques. Merci à la bande de Caen, premier fan club de la collection Van Helsing, merci à Sophie qui attendait Kathy Khan comme le Messie, merci à Nathalie pour son enthousiasme, merci à Brigitte Kernel pour avoir brillamment animé un débat Van Helsing, et merci à tous les lecteurs qui se sont déplacés pour une dédicace. Ce salon m’aura aussi permis de retrouver des confrères amis, Maud Tabachnik, Pierre Bordage, Anne Martinetti, Guillaume Lebeau, dont les talent et les qualités humaines se retrouvent dans leur ouvrages que je vous conseille de lire de toute urgence.

2 Comments:

Blogger Olivier said...

Bonjour,

Vous, vous etes chez Free me-trompe-je :D ?
Il est vrai que parfois, souvent, on a bien envie de devenir un "tony montana" et de s emmanciper en envoyant tout balader, ou en reprenant le business ( chose encore plus dure dans ce milieu que dans celui de la mafia si ca se trouve ).

Bon en fait j'ecris ce commentaire surtout pour votre position rapport au prix Nobel de la paix, et pour dire que je suis bien d accord avec vous. D'ailleurs je ne suis pas le seul, il semblerait que BHL partage cet opinion : http://www.lepoint.fr/content/debats/article.html?id=204995 . ( bon on peut penser ce que l'on veut de BHL, mais dans le cas présent, je trouve qu'il n'écrivait pas une connerie )
Cela aurait été un prix Nobel plus qu'utile... Mais bon l'écologie est dans l'air, pollué, du temps et l'ex has-been Al Gore en joue allègrement.

J'ai acheté votre ptit dernier ( Leviatown ) mais pas encore eu le temps de le lire, j'espère qu'il sera à la hauteur de vos autres livres.

Rien à voir : la photo prise en Thailande (quelques messages plus bas), on peut savoir où elle a été prise ?

1:57 AM  
Blogger Philip Le Roy said...

Merci pour ton message, Olivier, et merci pour Léviatown. Normalement, il sera à la hauteur, vu que le monstre dépasse les 540 mètres de haut. Il semble avoir trouvé son public, car il cartonne bien. Quant à la photo, elle a été prise à Poda Island au large de Krabi. Mais il ne faut pas le répéter, car tout le monde va s'y ruer. Et Nathan Love sera obligé de déménager!

6:41 AM  

Post a Comment

Links to this post:

Create a Link

<< Home