Wednesday, July 15, 2009

INTERVIEW

Voici en intégralité, l'interview que m'a accordée Marc Bailly de Phenix Mag sur le stand du Diable Vauvert au salon du livre de Paris 2009. On savourera la teneur existentialiste de certaines questions, flirtant avec un solipsisme cryptographique! Bref la meilleur interview qu'on m'ait offerte à l'occasion de la sortie d'EVANA 4.



L’année passée, notre interview n’était pas des plus sérieuses. Donc cette année, nous allons faire un truc sérieux.
Je n’en attendais pas moins de toi !

L’heuristique de l’écriture est-elle une forme plus aboutie de la phase créative chez l’auteur qui s’affirme ? Et penses-tu être dans une phase heuristique freudienne ou jungienne ?
Je vais te répondre ce que Shakespeare a répondu à l’époque : « To be or not to be » !

Peux-tu me dire si l’heuristique paronymique qui est flagrante à la lecture d’Evana est bien une forme occidentale comparable au Ying et au Yang dans la philosophie bouddhiste ?
(Rires) Là, je te répondrai plus sérieusement par un koân : « La mousse est plus verte après la pluie ».

A méditer…
Bon, il y a tout de même une question à laquelle tout auteur un tant soit peu sérieux se doit de répondre, mais jusqu'ici, tu n’as pas abordé ce fondement de la philosophie cosmique dans aucun de tes romans. Donc j'ose, j'avance, je propose et je pose : "Qui c'est le plus fort ? King Kong ou Godzilla ?
Jusqu’à présent, j’étais persuadé que c’était King Kong. Mais avec les progrès du nucléaire – et sachant que Godzilla est un produit du nucléaire – je me demande aujourd’hui si Godzilla ne l’emporterait pas.

Faudrait essayer…
Bon, on va quand même vraiment commencer ! Fini de rigoler !
Ton dernier livre « Evana 4 » est un hommage à Agatha Christie, Alfred Hitchcock, Mankiewicz, ce ne sont pas des références un peu dépassées ?
Dépassées ? Par qui ? C’est moi qui te le demande ! Un peu comme Tarantino a rendu hommage à ses grands maîtres, qu’ils soient asiatiques, américains ou européens, j’ai essayé de rendre hommage à ces génies qui ont révolutionné la façon de raconter une histoire et qui nous ont tous plus ou moins influencé dans notre art. Ce qui a changé, c’est l’époque, pas la manière de raconter. C’est pourquoi j’ai joué à fond sur cette différence, en traitant mon sujet avec le plus de modernité possible.

Qu’est-ce qui te fascine chez ces « monstres sacrés » ?
Chez Hitchcock, c’est l’art du suspense. Chez Agatha Christie, c’est la précision mécanique, presque mathématique, de la dramaturgie. C’est leur sens du détail, la construction de leurs histoires et le jeu qu’ils menaient avec le lecteur ou le spectateur manipulé, pour lui dire à la fin : « Bon sang mais le coupable, c’est lui bien sûr». Quant à Mankiewicz, il est le cinéaste des personnages féminins et des beaux parleurs, un dialoguiste génial, un metteur en scène d’une intelligence rare. Avec deux acteurs dans une pièce, il arrivait à nous tenir en haleine pendant 2 heures grâce à un scénario admirablement écrit et à des dialogues ciselés dans un cynisme délectable.

« Evana 4 » est-il ton Evana à toi ? Rêves-tu de créer un bouquin qui soit le parfait équilibre entre le message et le divertissement ?
Godard, dont les propos sur le cinéma étaient souvent bien meilleurs que ses films, avait dit un jour : « Le cinéma c’est une Blonde sans soutien-gorge filée par un détective qui a peur du vide ». Pour moi, la littérature se définit de la même façon. Si vous voulez ajouter un message là-dedans, pourquoi pas, à condition qu’il soit au service du récit. Et non l’inverse. Le fantasme, le mystère, le frisson avant tout. Sinon, on ne fait plus de l’art, mais de la propagande. L’équilibre doit plutôt se situer à mi-chemin entre l’axe dramatique et l’axe thématique. Ainsi dans Evana 4, j’ai imaginé six actrices de rêve réunies autour d’un producteur de cinéma mégalo qui cherche à démasquer celle qui va le tuer. Cet axe dramatique révèle la thématique de la création du mythe de la star, de la femme idéale qui rendrait le monde amoureux, du dessein démiurgique d’un producteur qui se prend pour Dieu et qui pour faire le bien a fait le mal. Vous y trouverez peut-être quelques messages, mais j’espère surtout que je vous aurai diverti.

Dans ce livre, comparativement à tes autres livres, il y a peu de scènes d’action, peu de voyages. Tu étais trop bien dans tes chaussettes ou quoi ?
(Rires) J’ai imaginé un huis-clos avec une dizaine de protagonistes, donc le contraire des « Nathan Love » où 150 personnages évoluent dans 50 lieux différents aux quatre coins du monde. Bon, je n’ai pas pu m’empêcher de faire voyager le lecteur, à travers quelques flash-back en Inde, à New York et à Florence. Quelques bouffées d’air qui permettent au lecteur de mieux comprendre les personnages et de sortir du climat oppressant de Evana 4. Certes, l’intrigue se déroule sur la Côte d’Azur, et il y a pire comme endroit, mais c’était un challenge que de rendre ce lieu angoissant, comme celui que s’était donné Hitchcock dans la fameuse scène de « La Mort aux Trousses » où Cary Grant est piégé en plein désert.

« Evana 4 » est-il une réaction de ta part à tes autres livres où le style est plus tendu, plus proche du cinéma de divertissement ?
Je pense que j’ai gardé le même style même si effectivement il y a moins de scènes d’action. La part belle est toujours donnée aux dialogues. Pour moi les personnages sont définis par leurs actes et leurs paroles, et rarement par la voix off du narrateur. Comme au cinéma. Ce sont eux qui font avancer l’action, donc je les regarde faire.


Ton processus d’écriture a-t-il été différent ?
Depuis mon premier roman, la méthode n’a pas changé : définir des axes dramatique et thématique suffisamment intéressants pour que j’accepte d’y consacrer au moins un an de ma vie et que le lecteur accepte d’y investir une vingtaine d’ euros et pas mal d’heures, me documenter à fond sur le sujet, créer une situation de départ alléchante dans laquelle je vais plonger mes protagonistes dont j’ai préalablement dressé un profil complet, et commencer l’écriture qui, si tout ce travail de préparation a été bien fait, va couler de source…

A la lecture de ce livre, on ne peut douter de ton hétérosexualité triomphante. Un mot sur les femmes ?
C’est vrai que sur le casting d’Evana 4, je me suis fait plaisir. Il fallait au moins ça pour la création de la femme idéale. Un mot sur les femmes ? Je suis entourées par des femmes (une épouse et trois filles) dans la vie réelle et ce sont souvent elles qui font avancer l’action dans mes romans, qu’elles soient des Aïka ou des Evana. Mon personnage de Nathan Love lui-même est souvent poussé à agir par une femme.

Ta femme est-elle jalouse d’Evana ?
Je crois que de tous les romans que j’ai écrits, Evana 4 est celui qu’elle préfère. Cela vient peut-être du fait qu’un esprit féminin est plus en phase avec mes Evana et que finalement l’empathie et la compassion l’emportent sur la jalousie. Et puis j’avais pris les devant avec une belle épigraphe…

As-tu une fascination pour la perfection ?
Oui, c’est le thème même du roman, la création de la femme parfaite. Mon personnage récurrent du Dernier Testament et de La Dernière Arme est lui aussi attiré par la perfection. Il poursuit une quête d’absolu et de pureté à travers la pratique du zen et des arts martiaux.

La perfection n’est-elle pas stérile comme résultat ?
Comme l’idéal, la perfection est une illusion, on n’y parvient jamais. C’est le chemin qui y mène et tous les efforts déployés pour y arriver qui sont enrichissants et qui font de belles histoires… C’est un peu comme un voyage, l’enthousiasme du départ, l’envol vers l’inconnu, les péripéties, et le retour à la réalité. Mais en chemin, nous nous sommes « améliorés ».

As-tu vu le film « Simone » ? Qu’en penses-tu ? N’est-ce pas un peu la même démarche, même si là c’est une créature de synthèse ?
Je fais référence à ce film dans Evana 4. L’objectif du producteur incarné par Pacino est de créer l’actrice parfaite. Il croit pouvoir y parvenir avec un personnage de synthèse. La grosse différence avec la démarche de Zender Arbacan, c’est que ce dernier veut créer la femme idéale. Il lui faut donc un personnage de chair et d’humanité qu’il va s’employer à modeler à sa façon. Arbacan va jouer non pas avec un système binaire et des images de synthèses, mais avec la chimie des émotions, la plastique humaine. Simone est virtuelle. Evana est réelle. Et c’est cette réalité qui va engendrer un retour de flamme et une sanglante confrontation entre les créatures et leur pygmalion.

Considères-tu ce livre comme plus personnel que les autres ?
Le cinéma, encore plus que les voyages et les arts martiaux, est une véritable passion. Quand je crée un personnage comme Nathan Love qui voyage aux quatre coins du monde et pratique les arts martiaux, je suis dans mon élément. Avec le cinéma, je touche à mon premier amour.
Maintenant, est-ce que Evana 4 est plus personnel ? C’est un roman que j’ai initialement écrit sous forme de scénario il y a 10 ans. Puis je l’ai transformé en roman. Que j’ai réécrit trois fois. Cela fait donc 10 ans qu’il est avec moi. Dans ce sens, on peut dire qu’il est plus personnel que les autres.

Tu as du attendre une forme de maturité d’écriture ?
Pas forcément de la maturité. Les versions précédentes ne me plaisaient pas. La mécanique était insuffisamment huilée, certains personnages pas assez épais, le récit manquait de fluidité. Il a fallu se remettre à l’ouvrage plusieurs fois. Il faut dire que je m’étais mis la pression. Les spectres d’Agatha Christie et de Joseph Mankiewicz me tapaient régulièrement sur l’épaule pour me dire « Hey mon gars, tu peux faire mieux ».

As-tu dû attendre pour le sortir ? Ton éditeur était-il d’accord sur ce projet ?
La publication d’Evana 4 était prévue de longue date entre deux Nathan Love. Entre « La Dernière Arme » et celui que je suis en train d’écrire.

Que penses-tu de la starification des acteurs ?
Il y a de moins en moins de vraies stars. Le mot est aujourd’hui tellement galvaudé qu’il ne veut plus rien dire. Il suffit de passer à la télé pour devenir une « star ». Avec Evana 4, je reviens au sens premier du terme, au sens hollywoodien. Pour moi, une vraie star, c’est Marilyn Monroe, c’est-à-dire une actrice qui au-delà de son métier et à travers une vie hors du commun est devenue une icône immortelle, intemporelle. Toute la nouvelle génération qui n’a pas connu Marilyn vivante et qui n’a vu aucun de ses films, la connait.

Aimerais-tu être une star ?
Non, je laisse cela aux acteurs et aux rockers. Créer une star oui mais pas en être une…

Quels seraient tes caprices ?
Je n’aime pas les gosses capricieux, alors les adultes n’en parlons pas. Je me distinguerais des autres stars en n’ayant aucun caprice !

La musique semble indispensable dans ta vie, tu écris en musique ?
J’écris en musique et je mets de la musique dans mes écrits. A la fin du roman d’ailleurs, je présente la play-list complète de la bande son qu’on « entend » dans le livre. La musique me sert à trouver le rythme d’un chapitre, à caractériser les personnages, à installer une ambiance, à renforcer la connivence avec les lecteurs.

5 films indispensables.
Seven et Fight Club de David Fincher. La mort aux trousses de Hitchcock, Incassable de Night Shyamalan, Miami Vice (ou Heat) de Michael Mann. Il était une fois dans l’ouest de Sergio Leone…aïe ça fait 6 films. En fait il y a 20 films dans mon Top 5.

5 CDs indispensables ?
Impossible de limiter à la liste à 5 CD. D’abord, il y a les albums de Speed Rock Machine et de O.C.Blues, mais là on va dire que je ne suis pas objectif, vu que ce sont des potes. Sinon, je peux citer les albums que j’ai le plus usés : (What’s the story) Morning Glory ? d’Oasis, War de U2, le Black Album de Metallica, The Stone Roses des Stone Roses, Bridges to Babylone des Rolling Stones, Black Hole and Revelations de Muse, les B.O. de Kill Bill et du Bon, la Brute et le Truand. Ça fait déjà plus de 5 CD et la liste n’est pas finie. Mais en format MP3, ça devrait passer.

Ton blog est assez vivant. Tu y parles souvent d’actualité. As-tu l’impression que nous sommes manipulés ?
Bien sûr et c’est parce qu’on le veut bien, parce que nous sommes fainéants, parce que nous manquons de temps et de curiosité. On se contente du journal de 20 h plutôt que d’aller chercher soi-même l’information. On prend pour argent comptant ce qu’on nous sert, on bâti des convictions et des théories sur ce qu’on nous fait croire, on se met au diapason du martellement médiatique, on se satisfait de la pensée commune, on ne va pas au-delà des faits fumeux. Dans le zen, on dit que la vérité a deux faces. Il ne faut jamais oublier la deuxième face.

Si je te dis : Rita Hayworth
Gilda, un long gant noir lentement déroulé, Put the blame on me…

Marylin Monroe
Le parangon de la star. Elle est à l’origine du personnage d’ Evana 4 . Morte l’année de ma naissance, Marilyn reste l’actrice qui m’a le plus fait fantasmer. Sa propre vie fut un film hollywoodien. J’ai écris une nouvelle sur elle. Mais je n’en resterai pas là…

May West
Une bombe sexuelle, comme Marilyn. Et comme chez Marilyn, les mensurations vertigineuses cachaient un Q.I. élevé, une femme brillante qui avait elle aussi l’art de la réplique. May West était actrice, productrice et scénariste de ses films. Je lui rend hommage dans mon premier roman Pour adultes seulement.

Grace Kelly
L’héroïne hitchcockienne par excellence…qui a abandonné le cinéma pour un décor d’opérette.

Gina Lollobrigida
L’anti héroïne hitchcockienne, la beauté italienne, inégalable, celle des Claudia Cardinale et des Monica Bellucci.

Angelina Jolie ou Marylin Monroe ?
Intéressant comme choix, car pour moi Angelina Jolie est « La » star d’aujourd’hui, digne descendante de Marilyn, actrice douée, sachant choisir ses films, dont l’aura illumine le monde au-delà des salles de cinéma, et là encore, alors qu’elle n’a que 34 ans, sa propre vie est déjà un film.

Halle Berry ou Rita Hayworth ?
Rita Hayworth ! Put the blame on me, Marc…

0 Comments:

Post a Comment

Links to this post:

Create a Link

<< Home