Wednesday, April 09, 2008

KATHY ET GENGHIS

Après l'épopée sanguinaire de Kathy Khan décrite dans "LEVIATOWN",voici celle de son illustre ancêtre Genghis Khan filmée dans "MONGOL" par Sergei Bodrov.




A cette occasion et attendant de vous parler du film que je n'ai pas encore vu, voici le profil de ces deux guerriers géniaux et barbares, christiques et universels, qui dès leur plus jeune âge, devinrent des héros..



KATHY KHAN

Héroïne de Léviatown, Kathy Khan est une kunoichi (nom donné aux femmes ninja).
Guerrière de l’ombre au physique de poupée, elle a été recrutée par Hugo Van Helsing pour chasser Léviathan. Cette mission se déroule en 2011. Kathy Khan a alors 18 ans.
A l’heure où vous lisez ceci, Kathy Khan n’a encore que 15 ans.
Née en Mongolie d’un père anglais et d’une mère mongole, descendante de Genghis Khan, elle a hérité du génie militaire de son aïeul qui fonda le plus vaste empire de tous les temps.
Ses parents sont morts quand elle avait quatre ans. Elle a été recueillie par un yamabushi qui l’a durement formée au ninjutsu et au ninpo.
Le ninjutsu englobe de nombreuses techniques martiales : le combat à mains nues, l’art du déplacement, du déguisement, de l’effraction, de l’illusion, de l’évasion, le maniement du bâton, du sabre, des armes de jet, des explosifs…
Doctrine des ninjas, le ninpô développe l’endurance, la ruse, la patience, la persévérance et l’adaptabilité, endurcit le corps et l’esprit, apprend à anticiper le danger, à éviter l’affrontement direct, à ne pas se mettre en avant, mais plutôt à survivre et à privilégier sa mission.
Kathy Khan pratique également le mikkyo, visant à renforcer l’esprit grâce à la méditation et au contrôle de son métabolisme.
Malgré son apparence, elle est une redoutable machine à tuer.
Avant d’être recrutée par Van Helsing dans "LEVIATOWN", elle été employée par les services secrets pour libérer un ingénieur américain en Irak et trois religieuses en Afghanistan.
Hugo Van Helsing fait appel à elle pour une mission d’intrusion dans la Freedom Tower, car il sait que la spécialité des ninjas est d’infiltrer les citadelles, de briser les premières défenses et d’ouvrir les portes aux troupes.
Kathy Khan est assistée de Miao, une assistante japonaise qui se fait passer parfois pour elle.
Ses armes de prédilection sont le koshigatana, le sabre droit, plus court et plus léger que le ninjatô, et le kyotetsu-koge, poignard à 2 lames relié par une chaîne à une rondelle de métal.
Règle numéro un : l’efficacité à n’importe quel prix.
Signe particulier : déteste qu’on l’appelle par son prénom, car elle tient à son nom.


GENGIS KHAN

Temudjin est né en 1167 en Mongolie.
A 9 ans il se fiance avec Börte, la femme de sa vie. Son père est empoisonné par les Tatars. A 14 ans, il épouse Börte. Celle-ci est enlevée par la tribu des Merkits qu’il écrase quelques mois plus tard avec l’appui des Djadjirats. Son premier fils naît après la libération de Börte. Humilié, prisonnier, évadé, traqué, capturé, enchaîné, encagé, à nouveau évadé, Temudjin mène une vie de nomade.
A l’âge où Kathy Khan se lancera à l’assaut de la Freedom Tower, il rassemble les Mongols autour de lui avant d’être proclamé Khan. Guerrier redoutable, grand meneur d’hommes et fin stratège politique, sa renommée grandit en même temps que son territoire. A la tête d’une horde aussi rapide qu’habile, il s’assujettit la moitié de l’Eurasie au galop.
A l’instar d’Alexandre le grand, il unit pour conquérir, s’allie avec les Chinois pour défaire les puissants Tatars. Grâce à sa maîtrise des éléments et de l’espace, à sa capacité de se fondre dans le paysage, à son art de la guerre éclair emprunté aux scythes, il terrasse tous ceux qui se trouvent à portée de flèches et sabres, des Naïmans aux Taïdjioutes.
Au terme d’une série de guerres et d’alliances, il devient à 39 ans le seigneur des Mongols. Un conseil des chefs de clans lui donne le titre de « Genghis Khan ». Né d’une mère mongole souillée par un Merkit, barbare bâtard, fils errant d’un obscur chef de clan assassiné, Temudjin devient le « Chef Suprême » ou le « Souverain universel » selon les traductions, à la tête du plus vaste empire de tous les temps, s’étendant du Pacifique à la mer Caspienne.
Un mythe est né. Une légende se prépare.
Le premier empereur Mongol réforme la discipline et la tactique, élabore des techniques pour mener des sièges de places fortifiées. En 1211 il lance sa campagne de Chine contre la dynastie Jin. Au terme de victoires écrasantes, il déploie ses armées au-delà de la Grande Muraille, dévaste le nord de la Chine, conquiert la capitale Yanjing (Pékin).
Il choisit son troisième fils Ögödei comme héritier et, sur son lit de mort, expose à son plus jeune fils Tului, sa stratégie pour balayer définitivement l’empire de Jin.
Le lieu de sa sépulture est restée secrète car les témoins du cortège funéraire furent tués par l’escorte. La légende peut commencer.
« De même qu’il n’y a qu’un dieu invisible dans le ciel, il n’y a qu’un maître sur la terre, c’est moi Genghis Khan ».

0 Comments:

Post a Comment

Links to this post:

Create a Link

<< Home