Thursday, April 10, 2008

MONGOL

Je viens de voir "MONGOL" de Sergei Bodrov et je suis encore sous le choc. Je vous invite à vous y ruer au galop avant que les hordes d'amateurs de comédies à la française ne le balayent des salles. Bodrov a filmé avec génie le rêve de Genghis Khan. Mon rêve à moi, ce serait qu'il filme Kathy Khan dans une adaptation de "LEVIATOWN".



J'ai rédigé une critique du film. Elle sera bientôt diffusée dans ma rubrique "LA DERNIERE TOILE" sur Phénix Mag. Pour la lire, cliquez
  • ici
  • ou sur le lien "Mon Mag".

    Et si vous ne savez pas quoi lire pendant ces vacances de Pâques, je vous suggère "LES TROTTOIRS DE MANHATTAN" de Jeffery Deaver, publié chez Calmann-lévy. Un bon thriller qui parle de cinéma.

    2 Comments:

    Blogger Nathalie said...

    J’ai frissonné et je n’avais pourtant pas froid !
    Impressionnée par des images qui s’inscrivent dans le corps, et font battre le cœur plus vite.

    Transportée dans l’hostilité et la beauté extraordinaire de cette terre, où la nature elle-même semble avoir donné naissance à ces visages, des rocs enfouis dans un coin sombre de rivière, et semblent avoir été polis et dessinés par les eaux avant d’apparaître au monde.

    Temüjin m’a émue, Gengis Khan m’a fascinée.
    Un homme aspirant à la paix, qu’on a voulu briser, effacer. Un homme qui choisit de se soulever afin de combattre l’injustice.
    Je comprends la souffrance, la détermination, la dureté du regard, la soif de vengeance peut-être.
    Pourtant, l’Histoire nous apprend que Gengis Khan, emporté par sa fougue, deviendra le meneur d’une armée puissante, cruelle et responsable de nombreux massacres, on parle même de génocide.
    Alors, qui était réellement cet homme ? Se serait-il perdu dans sa vaste quête ? Aurait-il oublié sa propre identité ?

    Le film prend fin trop tôt, ancrée dans mon siège l’aventure s’arrête, il faut se lever, retrouver son souffle, et quitter la Mongolie.
    En marchant les images passent encore devant moi, je sais alors que repartir là bas par la pensée est aisé, il me suffit de fermer les yeux pour apercevoir la chevelure douce de Temüjin enveloppée par le vent…

    P.S. Si vraiment il existe des gens qui ignore quoi lire pendant les vacances, ruez-vous sur "La conspiration des ténèbres" écrit par Théodore Roszak : un livre passionnant, mystérieux, qui comblera les cinéphiles.

    Nathalie.

    7:10 AM  
    Blogger pampa said...

    merci pour le lien il est terrible
    ce magazine, en prime une bonne interview de vous et plein d'autres auteurs

    yeahhhh

    4:46 AM  

    Post a Comment

    Links to this post:

    Create a Link

    << Home